Les sonneries de la Cathédrale de Valencia (Espagne)

Le clocher de la Cathédrale de Valencia comporte 14 cloches. Outre les tailles imposantes de ces cloches, leur âge est tout à fait respectable :

Pour les cloches en volées tournantes:


Pour les cloches des heures:

Le Gremi de Campaners Valencians

Afin de sauvegarder un tel patrimoine, une équipe de passionnés s'est constituée, devenant très vite le "Gremi de Campaners Valencians", association culturelle dédiée à l'étude, la protection et la promotion des sonneries traditionnelles propres à chaque lieu. Cette association a fourni, depuis sa création un travail considérable : sensibilisation des institutionnels, des ecclésiastiques, du public, à la richesse du patrimoine campanaire exceptionnel de cette région, formation de sonneurs, auditions programmées, visites des clochers... Il faut savoir qu'avant la création du Gremi, les cloches de la région de Valencia étaient "remuées" énergiquement par des moteur électriques, sans aucun souci d'entretien ni de sauvegarde, les sonneries traditionnelles étaient sacrifiées sur l'autel du modernisme.

En Espagne, les sonneries sont essentiellement composées de volées tournantes (volteos) et de tintements (trancs). Les volées simples, comme nous les connaissons dans la majeure partie de la France, étaient réservées, dans certains cas pour les sonneries mortuaires.

Les archives retrouvées par cette association font état de règlements de sonneries extrêmement riches et anciens. Seule les sonneries manuelles permettaient de les faire revivre à nouveau, recréant le paysage sonore des siècles auxquels ont été écrits ces règlements. C'est à quoi s'est employé le Gremi.

Les Volées Tournantes (volteos)

Un ou plusieurs sonneurs, suivant la taille de la cloche à faire sonner, tirent énergiquement sur la (les) corde(s) afin de lancer la cloche. Dès que la cloche acquiert assez d'énergie pour atteindre la position verticale (contrepoids en bas), les sonneurs redoublent d'efforts afin qu'elle tourne sur elle-même, enroulant ainsi la (les) corde(s) autour du joug.


Une fois la longueur de corde enroulée, et suivant la sonnerie à exécuter, les sonneurs relancent la cloche en sens inverse, déroulant ainsi la corde, et l'enroulant de nouveau dans l'autre sens, ou alors arrêtent la cloche contrepoids en bas. Celle-ci est maintenue ainsi grâce à une chaîne attachée au mur que l'on fixe au contrepoids.
Ce mode de sonnerie est très impressionnant, et aussi très dangereux pour les sonneurs. La largeur du contrepoids les frôle à pleine vitesse. Le sonneur qui est chargé d'attacher la cloche aux chaînes de maintient, doit savoir si la cloche est suffisamment verticale pour le faire. Si celle-ci ne l'est pas suffisamment, et si le sonneur cherche à attacher la cloche, le sonneur peut être emporté avec la cloche en rotation... on imagine les accidents qui ont dû arriver au cours des siècles.

Les tintements (trancs)

Chaque battant de cloche est relié au mur opposé de la tour. La tour étant circulaire, les cordes se croisent donc au milieu de la salle des cloches. Un sonneur saisit toutes ces cordes grâce à une autre corde qu'il double. Lorsque il doit effectuer un "tranc", il tire vigoureusement sur sa corde, et projette ainsi tous les battants en même temps contre les cloches. Du son qu'il se dégage par ce mode de sonnerie, vient le nom de "tranc".


Association Carillons en Pays d'Oc (2006)
  • VALÈNCIA: Campanes, campaners i tocs
  • GREMI DE CAMPANERS VALENCIANS (VALÈNCIA) : Tocs i altres activitats
  • Campanes (epigrafia, descripció): Bibliografia
  • Tocs manuals de campanes: Bibliografia

     

  • Tornar cap enrere
  • Menu inicial CAMPANERS DE LA CATEDRAL DE VALÈNCIA
    Campaners de la Catedral de València
    Buscar campana, campanar, població, fonedor, epigrafia, any fosa, autor, article
    © Association Carillons en Pays d´Oc (1992)
    © Campaners de la Catedral de València (2017)
    campaners@hotmail.com
    : 26-04-2017
    Convertir a PDF